nouveautes

photo expo

SOS

conseils pratiques landseer
Dernière mise à jour le
Monday 26-10-2009
val kurlande
histoire landseer  
 

 

 

>> En 1987, j'ai commencé l'élevage par le Berger Allemand, une race que j'affectionnais énormément, qui m'a donnée beaucoup de joie, et que j'aimais tant par sa beauté que par son caractère. A l'époque, je me faisais un plaisir à éduquer cet animal à "l'attaque", et aux expositions de beauté. Malheureusement je ne pouvais plus continuer, car ce chien demandait beaucoup trop de travail pour les expositions et les rings avec les entraînements 2 à 3 fois par semaine. En effet, il fallait être deux personnes pour le présenter : un handleur et moi qui devait courir autour des rings pour appeler mon chien de façon à le mettre le plus possible en valeur. Ce qui n'était pas toujours facile car le handleur ne pouvait pas forcément être disponible lors des expositions. Ayant décidé d'arrêter l'élevage du Berger Allemand avec regret, uniquement pour ces raisons, je me suis mise en quête de trouver une autre race me permettant d'être seule pour présenter mon chien. J'ai commencé à chercher dans les molossoïdes, et je suis tombée sur le Landseer qui me convenait très bien par son caractère et ses caractéristiques, car j'adore par dessus tout les très grands chiens pleins de poils.

>> En mars 1991, je me suis rendue à une exposition canine à Chateauroux en ayant l'espoir de trouver un Landseer, que je n'avais vu qu'en photo sur un livre consacré aux chien. Quelle ne fut pas ma surprise de voir un splendide mâle, il n'y en avait qu'un seul, mais cela me suffisait. Mon coeur n'a fait qu'un bond et ce fut tout de suite le coup de foudre, c'était absolument ce chien qu'il me fallait. Ce chien me fascinait. J'ai demandé aux propriétaires s'ils connaissaient des éleveurs (ce qui se faisait très rare à l'époque, car c'était le début de la race en France). Ils m'ont donné le nom de Mme Breton, qui à l'époque s'occupait de la race. Le lendemain j'ai téléphoné à cette dame et elle m'a donné l'adresse d'une portée à Cassis. J'ai téléphoné à ces personnes, il ne leur restait qu'une femelle dans la portée. Je l'ai tout de suite réservée, et je suis allée la chercher quelques temps après.
En mars 1991 Frimousse de la Roche Marine fut ma toute première Landseer. Elle a fait l'admiration de toute la famille, et le premier Landseer arrivé dans la région. Ce n'était pas une bête à concours, mais elle a fait sont petit bout de chemin quand même. Elle m'a donné de très beaux chiots.
Ensuite est arrivée Gueyrhande des Loges de Pierre feu en septembre 1991, que j'ai achetée chez Mme Breton. Gueyrhande fut une très belle femelle Landseer, plus dans le type recherché à l'époque. Elle a bien évolué en expositions en France et à l'étranger. Elle n'a donné dans sa vie qu'une seule portée, dont un de ses chiots s'est distingué dans l'élevage du Landseer, il s'agit de Leerhoye du Domaine de Val Kurlande.
Il y a eu aussi Heindryck Des Loges de Pierre Feu, en octobre 1992, Ce petit mâle, car il est resté assez petit pour un landseer, a très bien tourné en exposition jusqu'à la classe jeune, et ensuite plus rien, car il ne correspondait pas du tout au standard du mâle landseer, car beaucoup trop petit en taille et gabarit, ce qui ne l'a pas empêché d'être confirmé. Il à même donné de très de beaux chiots avec Frimousse De la Roche Marine et Heyline Du Domaine de Val Kurlande.
Ma toute première portée de Landseer est née en octobre 1992. De cette portée est née Hyndrha du Domaine de Val Kurlande. C'était une très très jolie femelle, reconnue dans toute l'Europe par sa beauté et son élégance, ce qui lui a même valu les titres de "Championne du Monde" à Berne en Suisse en 1994, Championne Internationale, Championne de France etc......

>> Actuellement dans mon élevage il y a 5 mâles (2 de plus de 8 ans) et 10 femelles (pas toutes des reproductrices car trop jeunes) tous des Landseer. Je sais pour certain cela va sembler énorme d'avoir autant de chiens, et ils vont tout de suite penser "surproduction de chiots" grosses rentrées de "fric" au détriment de l'amour pour ces chiens. Ce n'est pas parce qu'il y a "beaucoup" de chiens dans mon élevage que je ne les aime pas, bien au contraire, je leur consacre une bonne partie de mon temps car je travaille pour eux et avec eux toute la journée 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, depuis que j'ai laissé mon ancien travail extérieur pour me consacrer uniquement à mes chiens, par le biai de mon nouveau métier d'"éleveur professionnel". Je n'aime pas cette dénomination, mais je n'ai pas le choix, car pour être dans cette catégorie là, il faut élever plus de 2 portées par an et être déclaré à tous les organismes obligatoires, mais dans mon esprit je reste avant tout un élevage "familial" malgré les apparences. Je ne le regrette pas et je vie heureuse comme cela, j'ai plus de temps à me consacrer aux naissances qui sont toujours un vrai bonheur de donner la vie à ces petites boules de poil, et de voir le regard confiant des mamans qui peuvent compter sur moi à n'importe quel moment s' il y a un problème. Une journée dans un élevage est bien remplie, et on ne compte pas ses heures passées. Chaque jour qui passe est différent de l'autre, si les "corvées" sont toujours les mêmes, le temps que l'on accorde à chaque chien est bien trop court, et les journées pas assez longues...

 

suite de ma passion pour le Landseer dans quelques temps..

 

 

 

 

Accueil - Présentation - Le Lanseer - L'élevage - Les mâles - Les femelles - Les chiots - Les expositions - Liens - Contact - Copyrigh - Conception Crescend’O